Jules Ferry 3.0, Bâtir une école créative et juste dans un monde numérique

By | 3 octobre 2013

Le 3 octobre, le Conseil national du numérique (CNNum) a publié ses recommandations pour bâtir une école créative et juste dans un monde numérique.

 

Documents

Le rapport  fr Avis sur le volet numérique du TTIP   gb  Annexes
Communiqué de presse (03/10/2014) Dossier de presse

 

Huit axes déclinés en 40 recommandations :

  1. Enseigner l’informatique : une exigence
  1. Installer à l’école la littératie de l’âge numérique
  1. Oser le bac HN Humanités numériques
  1. Concevoir l’école en réseau dans son territoire
  1. Lancer un vaste plan de recherche pour comprendre les mutations du savoir et éclairer les politiques publiques
  1.  Mettre en place un cadre de confiance pour l’innovation
  1. Profiter du dynamisme des startups françaises pour relancer notre soft power
  1. Ecouter les professeurs pour construire ensemble l’école de la société numérique

 

Sophie Pene, pilote de l’auto saisine, s’exprime sur France Info le 3 octobre 2014

 

Contexte de l’auto saisine

Après le rapport “Citoyens d’une société numérique” qui analysait le numérique comme un levier de l’inclusion sociale et du pouvoir d’agir (novembre 2013), le Conseil national du numérique a identifié l’éducation comme un point nodal. Dans la continuité des ses travaux sur l’inclusion, le Conseil a ainsi constitué fin 2013 un groupe de travail dédié à l’éducation dans une société numérique, composé de Sophie Pène, membre pilote, Serge Abiteboul, Christine Balagué, Ludovic Blécher, Michel Briand, Cyril Garcia, Francis Jutand, Daniel Kaplan, Pascale Luciani-Boyer, Valérie Peugeot, Nathalie Pujo, Bernard Stiegler, Brigitte Vallée, membres du Conseil.

 

Méthodologie

Les travaux du groupe ont été conduits dans le respect de la méthodologie éprouvée du Conseil, basée sur un processus de concertation large fait de “journées contributives” (sessions de travail collectives avec des personnalités extérieures), de tables rondes autour de thématiques précises et d’auditions ciblées. Ces rencontres ont permis d’échanger avec plus d’une centaine de personnalités de l’écosystème ”Education et numérique”, représentatives des différentes parties prenantes. L’éventail des acteurs qui ont accepté de participer aux travaux du Conseil recouvre ainsi des institutions nationales (ministère de l’Education nationale, CNED, etc.), des industriels déjà présents ou qui investissent le secteur (Belin, Microsoft, etc.), des start-ups (MyBlee, 360Learning, etc.), la société civile, des associations, des chercheurs, etc.

 

Contacts : presse@cnnumerique.fr

Somalina PA, rapporteur général adjoint (01 53 44 20 89)

Léa DOUHARD, rapporteur (01 53 44 20 64)

 

 


 

7 thoughts on “Jules Ferry 3.0, Bâtir une école créative et juste dans un monde numérique

  1. Elina

    Je viens d’entendre un intervenant du CNN sur France Info affirmer que les pays scandinaves, qui ont implémenté le numérique à l’école, réussissaient très bien dans PISA.

    1. La Finlande n’est pas scandinave, mais nordique.
    2. La Finlande utilise assez peu le numérique à l’école (plate-forme + Office + vidéo-projecteur).
    3. La Norvège, la Suède et le Danemark réussissent mal dans PISA.
    4. La Norvège réussit vraiment mal, utilise le plus le numérique et un débat y fait rage actuellement : doit-on réduire la place du numérique-pour-le-numérique à l’école, au vu de la déconcentration permanente des apprenants ?

    Les lycéens norvégiens ont des ordinateurs portables prêtés gratuitement par les écoles, et « prennent des notes » (càd « joue à Tétris ou sont sur Facebook ») constamment.

    L’utilisation systématique de la calculatrice dans les petites classes avait déjà fait chuter les résultats en mathématiques. Les résultats dans les autres matières vont désormais dans la même direction.

    Et ce sont les élèves déjà faibles qui en pâtissent le plus.

    Reply
    1. clement

      Bonjour Elina,

      Je trouve votre commentaire très intéressant. Il serait cependant bien plus fort si vous donniez quelques liens, références, études pour étayer vos propos (notamment sur le dernier point, à savoir le débat faisant rage en norvège).
      Bien à vous,

      Reply
  2. JEANNAS

    Bonjour,
    Seriat-il possible d’avoir la liste fonctionnelle des organismes/personnes interrogées ?
    Merci,
    Jean-Yves JEANNAS, vice-président éducation de l’AFUL, expert C2i1 au MESR, formateur TICE, ex-informaticien

    Reply
  3. Angry mum

    Bonjour,
    J’avais suivi avec intérêt les débats de début d’année, j’ai applaudi les annonces concernant l’apprentissage du code à l’école même si évidemment j’ai quelques réserves concernant sa mise en place. J’entends aujourd’hui qu’une nouvelle concertation sur le numérique est lancée. Mais quelles sont les décisions prises pour nos enfants actuellement ? La formation des ensignants… Tout ne peut pas se réaliser via une sous-traitance ou sur financement des mairies avec le nouveau rythme scolaire. Pour faire simple, ma question est : où en sommes-nous ?

    Reply
  4. Charlotte

    Bonjour,

    Élève de première L j’ai lu attentivement ce rapport, et je suis surprise mais aussi ravie que vous vous intéressiez (enfin !) à l’enseignement du numérique.
    J’aurais adoré choisir l’option ISN – Informatique et Sciences du Numérique qui, hélas, était réservé uniquement aux futurs bacheliers S.
    J’ai hâte de voir ce que ce projet de bac HN va donner, je doute que mon établissement participera mais je ferai mon maximum pour faire partie de l’expérience.
    Si ce bac avait existé, je pense que je l’aurais choisi 😉

    Toutefois comme le disent beaucoup d’internautes, il est nécessaire selon moi d’inculquer aux élèves des notions d’informatiques et cela, peu importe la filière choisie.

    Bonne continuation, je me tiendrai au courant et espère faire partie des élèves qui auront la chance d’expérimenter le bac Humanités Numériques.

    Reply
  5. viviane Namory

    Pouvez vous me conseiller pour la mise en place d’un PROJET Administration art et numerique pour un lycée professionnel tertiaire ARRON 97122 dans le cadre d ‘ une start up numerique?

    Reply
  6. LouisAlexandreL

    Bonjour,

    Je pense que l’enseignement supérieur est également concerné, et doit d’une certaine façon, « tirer vers le haut » le reste de l’école. Modèle pour l’école qui y prépare de façon fondamentale, l’enseignement supérieur vit une rupture numérique forte : pris en tenailles entre une baisse des dotations et des financements (en France, mais pas seulement) et la hausse des étudiants, l’enseignement supérieur a vu émerger de nouveaux acteurs qui se positionne entre le client (l’étudiant, appelé dans ce cas l’apprenant !) et l’institut d’enseignement supérieur (par exemple, Coursera ou FUN).
    L’école pourrait s’inspirer de ces modèles exploratoires pour en prendre certaines idées.

    Pour plus d’informations, cf : http://fr.slideshare.net/LouisAlexandreLouvet1/mooc-et-disruption-de-lenseignement-suprieur-islean-consulting-53509898

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *