Interview de Benoît Thieulin dans Alliancy Le Mag: « Inscrire la neutralité dans la loi »

By | 27 décembre 2013

Interview de Benoît Thieulin, président du Conseil national du numérique.


Par Bruno Mouly, article publié dans Alliancy, le mag – N°6 – décembre 2013 – janvier 2014 (avec son aimable autorisation)

 

A la tête du Conseil national du numérique (CNNum), Benoît Thieulin est amené avec les membres du Conseil à se pencher sur les problématiques et les enjeux économiques et sociaux de la révolution numérique pour en émettre des recommandations aux pouvoirs publics.

  

Couv300x400-280x383 

 Alliancy, le mag. En janvier 2014, cela fera un an que vous présidez le CNNum. Votre bilan ?

 Benoît Thieulin. En mars dernier, le Conseil a été amené à se prononcer sur la neutralité du Net et nous avons recommandé  d’inscrire ce principe dans la loi. Cette neutralité, c’est un principe fondateur d’égalité vis-à-vis d’Internet, autant pour ses acteurs  que pour ses utilisateurs. Cela veut dire que les fournisseurs d’accès doivent permettre à tout le monde d’aller sur la Toile,  librement, sans intervention ni discrimination ou blocage. La neutralité du Net exclut ainsi toute discrimination à l’égard de la  source, de la destination ou du contenu de l’information transmise sur le réseau. Or, il existe aujourd’hui des dérives qu’il faut  prévenir. Par exemple, un opérateur avait décidé en janvier dernier de bloquer la publicité quelques jours pour ses utilisateurs.  Dans ce cas, le risque est de voir se développer un internet à deux vitesses : un rapide, sans publicité par exemple et plus  envahissant pour les autres. Il faut être vigilant sur l’apparition de trafics préférentiels Internet entre opérateurs et abonnés.


C’est pourquoi les critères qui vont permettre son application doivent évoluer ?

Tout à fait. La manière dont on applique cette neutralité n’est pas absolument respectée partout. Elle ne l’est évidemment pas sur les mobiles, par exemple. Il faut donc de la souplesse pour l’appliquer et l’étendre. L’essentiel est que le principe soit la règle, et les entorses de simples exceptions. Au-delà, le principe nous a semblé tellement important que le CNNum a été saisi par le gouvernement d’un travail de concertation sur la neutralité des grandes plateformes, moteurs de recherche, API ou réseaux sociaux comme Google, Yahoo ou Facebook pour limiter les distorsions de concurrence de l’accès au réseau. C’est un énorme sujet que l’on pousse à la Commission Européenne.

Il en est de même sur la question de la fiscalité, que vous préconisez de gérer à l’échelle européenne ?

Lorsqu’on constate que de nombreuses multinationales échappent à la fiscalité dans certains pays où elles sont implantées, la fiscalité du numérique est un sujet primordial. Mais mettre en place une taxe nationale sur le secteur aurait l’effet pervers de la faire supporter indirectement par les consommateurs et pénaliserait aussi la compétitivité française. Nous avons donc préconisé de ne pas créer de nouvelle taxe au niveau national, mais d’agir dans un cadre européen et international. L’idée est de prendre une initiative fiscale européenne à cinq ou six pays, ce qui permettrait de donner à l’Europe une force supplémentaire de négociation dans le cadre des travaux de l’OCDE. Un avis que le gouvernement suit et qu’il a soumis au dernier Conseil européen du 24 et 25 octobre derniers.

Mais ne faut-il pas aller plus loin ?

Il faut faire travailler le monde de la recherche sur la mise en place d’assiettes fiscales pour les futurs business modèles du numérique. Nous allons co-piloter une étude avec le Commissariat général à la Stratégie et à la Propspective qui dépend du premier ministre, pour fournir à la France des outils sur le sujet. En attendant, il s’agit de trouver des leviers de transparence fiscale pour les géants du Net. Si l’on se penche sur ce sujet, c’est parce que l’Europe n’a pas créé ses propres grands acteurs du numérique, les équivalents d’un Google. L’Europe risque de devenir un continent de consommateurs de produits et de services conçus exclusivement à l’étranger.Lancer une véritable politique industrielle numérique en Europe est indispensable.

Sur quelles autres questions travaille le CNNum ?

Le Gouvernement nous a demandé de lui adresser des recommandations sur l’inclusion numérique. Il existe un clivage dans les usages qui discriminent de plus en plus ceux qui ne savent pas utiliser le Net. Beaucoup de choses sont numérisées, mais pas à la portée de tout le monde.

Il est vrai que les questions d’éducation concernent aussi le CNNum…

Nous nous sommes félicités de la prise de position de l’Académie des Sciences en faveur de l’apprentissage du numérique à l’école. Une nouvelle culture numérique émerge pour laquelle les gens ne sont pas formés. Il faut donc enseigner un minimum de culture générale dans ce domaine dès le primaire. Tout le monde doit savoir ce qu’est un logiciel et comment il est conçu, par des couches de codes de langages informatiques.En Angleterre, les enfants, dès la maternelle, reçoivent des notions rudimentaires de code. Pourtant, tous ne deviendront pas développeurs…

Quels seront vos principaux chantiers pour 2014 ?

Nous allons poursuivre nos travaux sur la neutralité des plateformes dans le cadre de la saisine qui nous a été adressée par le Gouvernement. Nous aborderons aussi les enjeux de l’accord transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis qui s’inscrit dans cette problématique. Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, a demandé au CNNum d’identifier les enjeux stratégiques du projet de partenariat transatlantique dans le numérique et de lui faire des propositions visant à permettre à nos entreprises de tirer parti d’un marché transatlantique mieux intégré. Nous allons plancher sur le sujet pour rendre un avis à la fin du premier trimestre 2014. L’idée est de préserver la chance d’avoir un jour des grandes plateformes numériques en Europe.

Comment fonctionne le CNNum sous votre présidence ?

Le CNNum vise à éclairer les décideurs publics sur de multiples problématiques du numérique. L’idée est de faire un effort de synthèse et de pédagogie sur tous les aspects d’une problématique en s’appuyant sur la consultation de divers organismes ou institutions spécialisés dans le domaine. Le Conseil peut être sollicité de différentes façons, soit par saisine directe du gouvernement pour poser une question précise, soit pour lancer une concertation autour d’un thème ou pour faire de la prospective. J’ai pris un soin particulier à développer la concertation en instaurant une à deux fois par mois des rendez-vous réguliers sous la forme de « Journées contributives ». Elles servent à préparer les recommandations demandées par le gouvernement sur une problématique. Ce sont des réunions d’échanges et de réflexion collectives entre un groupe de travail du Conseil et des personnalités extérieures choisies pour leurs compétences. Ces « Vendredis contributifs » sont ouverts à tout organisme concerné par le sujet traité et même à la participation de tout un chacun qui peut faire parvenir au Conseil une contribution écrite sur le thème discuté.

Mini-encadré

Benoît Thieulin, 41 ans, est aussi un « serial » entrepreneur. Il a fondé en juin 2007 l’agence digitale La Netscouade avec quatre associés, après avoir créé le site Internet « Désir d’avenir », de Ségolène Royal, en 2006. A l’automne 2007, il a également participé à la conception du site Médiapart, le site d’informations en ligne d’Edwy Plenel, ancien directeur du journal Le Monde.

Source:

Par Bruno Mouly, article publié dans Alliancy, le mag – N°6 – décembre 2013 – janvier 2014

http://www.alliancy.fr/mag_sommaire/alliancy-le-mag-n6-decembre-2013-janvier-2014

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *