Valérie Peugeot – Vers une société du savoir partagé

By | 28 janvier 2014

Université Populaire MJC Héritan à Mâcon – Vers une société du savoir partagé – Valérie Peugeot – YouTube.

 

Jeudi 9 janvier à 18h30 – Conférencière : Valérie Peugeot
Formée en droit et sciences politiques, elle a travaillé successivement au Parlement européen puis dans différents think tanks autour des enjeux de politique européenne, de mondialisation et de société de l’information.
En charge des questions de prospective au sein du laboratoire de sciences humaines et sociales d’Orange Labs (Futur du Web, ouverture des données, internet des objets, usages des communautés créatives, place des données personnelles dans l’économie du web, innovation ouverte, économie collaborative…). Présidente de l’association Vecam (questions politiques et sociales liées aux technologies de l’information et de la communication). Vice présidente du Conseil National du Numérique.
« Alors que le numérique s’infiltre dans la majeure partie des activités humaines, la question des nouvelles conditions de la production, de la circulation et du partage des savoirs devient centrale.
Les équipements permettant la consultation comme la production d’information par tout un chacun se diffusent ; les flux d’information sont devenus bidirectionnels ; les frontières entres producteurs et consommateurs s’effacent ; de nouveaux outils de partages des savoirs se mettent en place… La société dite de « la connaissance » serait-elle porteuse d’espoir quand à un accès plus égalitaire aux savoirs profanes comme savants ?
De nombreux obstacles se dressent sur le chemin de cette attente : les acteurs historiques renforcent les droits de propriété intellectuelle, obstacles au partage des connaissances ; travailler dans un monde numérique appelle une forme d’alphabétisation informatique et d’éducation à la production de savoirs ; le citoyen a besoin d’une nouvelle culture pour déchiffrer la complexité des enjeux liés aux transformations numériques etc.
Face à ces obstacles, des réponses se construisent, fondées sur le partage, la coopération et la recherche de modèles économiques qui ne soient pas basés sur la rente. Du logiciel libre à Wikipedia, de l’open data aux échanges de savoirs, des cours en accès libre aux archives ouvertes, les initiatives fleurissent qui contribuent à la construction d’une société du savoir partagé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *