Données personnelles, Snowden : le baroud d'honneur du Parlement européen | Mediapart