Cénum - Lettre d'information du 22 octobre 2021

I – La vie du Conseil

  • Mercredi dernier, le 13 octobre, avait lieu la journée “démocratie et fait numérique : de l’information à l’action”, que le Conseil organisait en présence de Mme Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques et de M. Cédric O, secrétaire d'Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Un grand merci à tous pour leur mobilisation ! En attendant la restitution des débats, n’hésitez pas à consulter le replay du matin et de l’après-midi !
  • L'Europe peut-elle reprendre le pouvoir sur les GAFA ? Pour ce 2ème Parlons num’ avec la DGE du 20 octobre, Joëlle Toledano est intervenue aux côtés de Chantal Rubin, responsable du pôle Régulation des plateformes numériques à la Direction générale des entreprises, et Nicolas Deffieux, directeur du Pôle d'Expertise de la Régulation Numérique (PEReN). Entre flexibilité des obligations, responsabilité, gouvernance et interopérabilité, les intervenants ont échangé sur des points clés du DSA et du DMA avec nos participants. Merci pour vos questions ! Le replay.
  • Nous avons publié un entretien avec Antoinette Rouvroy, chercheuse au Fonds de la recherche scientifique (FRS-FNRS) à Namur, en Belgique, qui est notamment à l’origine, avec Thomas Berns, de la notion de « gouvernementalité algorithmique ». Elle revient notamment sur la dimension collective et politique de ces enjeux dans la sphère publique. A lire !
  • Anonymat et universalité : les enjeux clés du développement de monnaies numériques ? Eric Monnet, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et professeur à l’Ecole d’Economie de Paris nous a parlé de l’impact des monnaies numériques sur les citoyens et les institutions monétaires et financières. Retrouver l’entretien dans l’espace Paroles de.

II – Dans les actualités des membres

  • Vendredi 15 octobre, Serge Tisseron est intervenu à Concarneau pour le Forum européen de l’intelligence artificielle territoriale (FEIAT), dans le cadre d’une conférence intitulée “Je t'aime moi non plus ! L'IA est-elle capable de ressentir des émotions ?". Parmi les nombreux thèmes abordés, l’anthropomorphisme dont nous pouvons faire preuve  à l’égard des objets connectés, le rapport à l’intimité ou encore la substitution du robot à la relation humaine. L’intégralité de la conférence est visible sur le site de la radio RMN.
  • À l’occasion des 20 ans de la revue Futura Science, Gilles Babinet a été invité comme rédacteur en chef pour une journée. La ligne éditoriale ? “faire un pas de côté, [...] susciter des interrogations différentes et [...] proposer une rencontre entre science et société sur des sujets inéluctables autour du numérique”. Vous pourrez ainsi retrouver son éditorial du 13 octobre, où il rappelle la nécessité d’aborder la question du numérique “collectivement”, mais également une tribune dans laquelle Olga Kokshagina interroge la relation entre innovation et apprentissage et une autre Anne Alombert se penche sur l’intelligence collective, en lien avec nos travaux sur la construction des savoirs.
  • Mardi 12 octobre, dans le cadre du Printemps de l’économie, Joëlle Toledano a coordonné la table ronde intitulée “Un euro numérique : quels enjeux ?”. A notamment été discutée la question de l’articulation des priorités de la BCE entre la mise en place de la monnaie numérique de détail et/ ou de gros, ainsi que l’impact du cadre législatif européen sur les innovations en la matière. La rediffusion.

III - Au secrétariat général

NOUS AVONS LU

  • Le métavers, késako ? Contraction de « méta » et « univers », il s’agit d’une sorte de monde numérique parallèle au monde physique, accessible via Internet. Le terme fut proposé par Neal Stephenson en 1992 dans son ouvrage Snow Crash et repose sur une base technologique, une finalité économique (monnaie locale), et des avatars interactifs en nombres suffisants. Selon l’article de Futura sciences, son éclosion pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs : le “taux d'équipement informatique et d'accès à Internet haut débit”, la “démocratisation des relations humaines à distance” lors de la pandémie, ou encore la banalisation de “l'usage des monnaies virtuelles”.
  • The Conversation revient sur les bonnes pratiques vis-à-vis des écrans, alors que “la frontière entre loisirs, communication et apprentissage devient de plus en plus floue”. S’il est fondamental de “trouver un équilibre entre utilisations passive et interactive”, il peut aussi s’agir de “trouver des moyens d’encourager et de privilégier un comportement en ligne plus productif sur le plan social et éducatif”, en particulier pour les plus jeunes, qui se verraient alors offrir de nouvelles opportunités d’apprentissage.

NOUS AVONS ASSISTÉ

  • Le 21 octobre s’est tenu le colloque international "Pour un Web des Lumières", visant à remettre la culture numérique au service du projet d’émancipation des Lumières, organisé conjointement par #Leplusimportant, l’UNESCO et l’Académie des sciences morales et politiques. Plusieurs leviers ont été discutés : la maîtrise de notre attention et la préservation de notre capacité à penser, la protection de l'espace public à l'ère numérique ainsi que des travailleurs face aux algorithmes, ou encore le développement d'une culture numérique.
  • Les 20 et 21 octobre, une partie de l’équipe du Conseil s’est rendue à la 4e édition de Numérique en Commun(s). Deux jours pour repenser les commun(s) vers un numérique plus inclusif, plus accessible et plus durable. Les rencontres riches présagent de nombreux partenariats pour les mois à venir.

A VENIR DANS NOS TABLETTES

  • Le 27 octobre, se tiendra la conférence inaugurale du Conseil d’Etat intitulée “Les réseaux sociaux, vecteurs de transformation de la vie en société et du débat public”, qui s’inscrit dans un cycle de conférences sur les réseaux sociaux visant à nourrir la prochaine étude annuelle du Conseil d’État, qui paraîtra à la rentrée 2022.
  • Les 5 et 6 novembre aura lieu à Grenoble le troisième colloque international de l’IERHR (Institut pour l'Étude des Relations Homme-Robot), autour de la thématique “Objets animés, humains, animaux : partenaires de soins tendres”. Justine Cassell y interviendra en plénière et Serge Tisseron participera à deux tables rondes : “Objets animés, animaux, humains : soins et thérapies” (qu’il animera) et “Objets, animaux, robots : quels statuts ?”
Tags