Cénum - Lettre d'information du 25 mars 2022

Pas encore abonné ? C'est par ici !

Les travaux du Conseil

Nous publions une carte intéractive et contributive, recensant les déplacements du Conseil réalisés depuis 2021, ceux en cours et à venir, ainsi que toutes les opportunités existantes de débattre du numérique ! Vous organisez ou avez connaissance d’un événement ou d’un débat proche de chez vous ?  Vous souhaitez contribuer activement au débat sur le numérique et le stimuler à votre échelle ? N’hésitez pas à nous solliciter sur debat@cnnumerique.fr !

Carte - Le CNNum chez vous

  • La semaine passée, nous avons eu le plaisir de mettre en lumière l'initiative du Conseil régional du numérique de la Région Centre-Val de Loire. Nous nous sommes entretenus avec Benjamin Cadon, Isabelle Carlier et Mickael Clément. Ils reviennent sur le rôle et les actions entreprises au niveau local par cette organisation, qu’ils définissent comme “une instance de participation et de représentativité de la société numérique de la région”.

On y était !

  • Françoise Mercadal-Delasalles a participé le 2 mars dernier, à l’occasion du forum des Interconnectés à Nantes, à une plénière consacrée à la manière de “construire en confiance un numérique au service des citoyens”. Soulignant les angoisses dont le numérique peut être la source, elle note qu’il est essentiel de définir la confiance comme critère d’un numérique émancipateur, au service des citoyens. Pour ce faire, elle recommande de donner à chacun des clefs de compréhension des transformations numériques en cours, en les associant directement à la conception et à l'expérimentation des dispositifs numériques. Elle appelle également à faire du numérique un enjeu politique et de débat impliquant tant les représentants politiques que les citoyens, dans la poursuite de la dynamique engagée par l’ouvrage collectif du Conseil, Civilisation numérique : Ouvrons le débat !
     
  • Découvrez l’intervention de Gilles Dowek sur la transformation de nos sociétés et la politisation du numérique, à l’occasion de la journée “Numérique et Citoyenneté” organisée à Châteauroux le jeudi 17 mars par le Conseil régional du Numérique de la Région Centre-Val de Loire, dans le cadre des Human Tech Day. La Nouvelle République est revenue sur les enjeux abordés lors de sa prise de parole.
     
  • Retour sur le déplacement des 13 et 14 décembre 2021. Anne Alombert, Justine Cassell, Olga Kokshagina et Eric Salobir s’étaient rendus en délégation à Nice et Sophia Antipolis, pour deux journées en lien avec nos travaux sur la transmission des savoirs, de l’économie de l’attention et la relation entre les humains et les machines.  Ce déplacement avait été l’occasion de rencontrer de nombreux acteurs de terrain. Ces échanges ont mis en exergue la nécessité de transmettre une culture numérique, interdisciplinaire, théorique et pratique mais aussi d’impliquer l’écosystème local dans la formation des enseignants et l’acculturation des élèves. Retrouvez le compte-rendu de ce déplacement ici.

Le numérique, un enjeu territorial au croisement des problématiques démocratiques et d’inclusion

  • On a écouté le podcast “L’illectronisme : fracture numérique et fracture sociale ? dans le cadre de l’émission Sous les radars. Jean Deydier, fondateur et ancien président d’Emmaüs Connect, et actuel directeur de We Tech Care, souligne le caractère excluant que peut revêtir le numérique. Considérant l’accès au numérique comme un droit social, il déplore le défaut de compréhension par l’administration des difficultés rencontrées par les Français. A cet égard, il préconise une mobilisation des acteurs de première ligne, qui ont d’ores et déjà des liens établis avec la population, mais aussi de donner les moyens à ces acteurs d’agir et de monter en compétences. En outre, il note que l’éducation à la culture numérique est essentielle car la maîtrise des technologies dépasse les seules compétences techniques.
     
  • On a relu l’article de Gilles Babinet sur les “Enjeux numériques des territoires : le citoyen-utilisateur au centre des réflexions”. Souhaitant mettre “le citoyen-utilisateur” au centre de la transformation des services publics, il préconise cinq axes d'amélioration pour lutter contre la fracture numérique. Il s’agit de :
    • Créer des espaces d’innovation autonomes sponsorisés par la puissance publique.
    • Systématiser les benchmarks européens pour adopter les meilleures pratiques.
    • Donner accès aux données d’intérêt général pour mieux cadrer le développement des services.
    • Utiliser le service civique pour lutter contre l’illectronisme.
    • Privilégier le code et le design thinkingquitte à repenser la norme administrative” et transformer les usages.
       
  • On s’est replongé dans la 5e édition du baromètre de la démocratie locale numérique, enquête annuelle menée par Décider ensemble. Selon cette dernière, la participation numérique est de plus en plus ancrée à l’échelle des collectivités. 87% d’entre-elles ont d’ores et déjà déployé une plateforme numérique et des dispositifs réglementaires de participation. Par ailleurs, les collectivités entendues estiment, de manière générale, que les outils numériques “permettent surtout de renforcer la transparence et l’efficacité de l’action publique, à faire mieux connaître les actions de la collectivité et à augmenter le nombre de participants aux démarches de participation”.
     
  • On a visionné un échange entre Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, le sénateur Patrick Chaize et Marie-Cohen Skalli, co-directrice d’Emmaüs Connect, en réaction au documentaire “Des zones blanches à l’illectronisme : les fractures numériques”. Notant que la fracture numérique relève tant d’une problématique géographique, financière, psychologique que de formation, ils soulignent la nécessité de faire du numérique un levier d’inclusion et d’insertion sociale. Marie-Cohen Skalli soutient, à cet égard, qu’il faut mettre l’humain au cœur des dispositifs d’accompagnement et permettre aux structures sociales “d’intégrer le numérique [..] et prendre en main des outils de formation, d'accompagnement”.
     
  • Pour creuser le fond des enjeux territoriaux, dont la complexité nous interdit de nous contenter d’approximation, le bulletin de veille de l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) propose, sur des entrées thématiques, toutes les deux semaines, un ensemble de références “éclairant les enjeux des territoires”. On y retrouve souvent des problématiques liées au numérique (dans leurs racines ou leurs solutions), sur les services publics, l’aménagement du territoire, la participation, l'innovation, etc. Pour vous y inscrire et retrouver les anciens numéros, c’est par là.

Nos prochains déplacements !

  • Aujourd’hui, nous étions à Laon pour l'installation du Conseil départemental du numérique de l'Aisne. Son rôle ? Fédérer les acteurs départementaux du déploiement et des usages du numérique pour une gouvernance plus fluide.
     
  • Le 14 avril, Eric Salobir  interviendra au World artificial intelligence Cannes festival.
     
  • Le 15 avril, Anne Alombert se rendra à Vichy, où elle échangera avec des élus et agents de la municipalité afin d'évoquer les problématiques d'économie de l'attention et de parentalité numérique. Elle se rendra ensuite au Lycée Albert Londres de Cusset, pour une conférence consacrée à la Technique.
     
  • Le 5 mai, le Conseil participera à la journée organisée par Pulsy, le groupement régional d’appui au développement de la e-Santé du Grand-Est, en intervenant sur la participation de la société civile et des citoyens, à l'échelle locale, dans la construction des politiques de santé.
     
  • Le même jour, Olga Kokshagina sera à Mulhouse pour une série d'échanges et des interventions consacrée à la parentalité numérique et à l'économie de l'attention.

Contact
Si vous avez des recommandations, questions ou souhaitez nous rencontrer, n’hésitez pas à contacter info@cnnumerique.fr

 

Tags