Ecologie et numérique

Document principal

Appel à engagement “Pour une convergence des transitions écologique et numérique” (novembre 2015)

Télécharger

Contexte

La transition écologique est notre horizon incontournable, mais la dégradation continue de notre environnement nous oblige à admettre qu’elle sait mieux décrire son but que son chemin. La transition numérique est notre quotidien, le point commun de la plupart des transformations dont nous sommes les acteurs, mais elle ne poursuit pas d’objectif collectif particulier. L’une a le but, l’autre le chemin : chacune des deux transitions a besoin de l’autre.

Le Conseil national du numérique et les porteurs du programme Transitions2, la Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération (Fing), Coalition Climat 21, Les Petits Débrouillards, OuiShare, POC21, Terra Eco, Without Model, l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) et Place to B, ont lancé le 25 novembre 2015 un “appel à engagements” pour œuvrer à la convergence des transitions écologique et numérique. En lançant cet appel, le Conseil national du numérique et les porteurs de l’initiative Transitions2 souhaitent poser les bases d’un engagement commun, en identifiant des constats, des valeurs mais aussi des défis partagés par les sphères de l’écologie et du numérique.

Le 19 mars 2018, l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing), le WWF France et GreenIT.fr, avec le concours du Conseil National du Numérique (CNNum), ont publié un Livre Blanc Numérique et Environnement. Ce Livre Blanc, présente 26 propositions d’actions aux acteurs publics pour mettre le potentiel de transformation du numérique au service de la transition écologique. Il n’entend pas faire la synthèse de toutes les propositions existantes, mais a vocation à lancer le débat sur les mesures les plus appropriées, à susciter des contre-propositions et des propositions complémentaires, à nourrir la réflexion des pouvoirs publics. Il a vocation à ouvrir un nouvel agenda politique : celui de la convergence des transitions numérique et écologique.

Recommandations

Plusieurs défis principaux ont été identifiés par les auteurs de l’appel à engagement :

Empreinte écologique du numérique

Internet, le Web et leurs infrastructures émettent ainsi déjà autant de CO2 que le transport aérien. Mais le numérique contribue à la crise écologique de plusieurs autres manières, aussi bien par l'épuisement de matières premières rares que la fabrication des équipements, ou que par l’accroissement constant des déchets
électroniques.

Nouvelles mesures de la création de valeur

Nos indicateurs de développement, tant à l’échelle des organisations qu’à celle des nations, continuent de considérer les impacts environnementaux et sociaux de nos activités comme des “externalités”. Ceci a pour conséquence de reléguer ces questions au second plan, y compris lorsqu’il existe des obligations déclaratives.

(Biens) communs

Le numérique a réactivé depuis quelques décennies l’idée de biens communs : en faisant émerger de nouveaux biens communs dits “immatériels” (standards, technologies libres, réseaux ouverts…) et informationnels (Wikipédia, open data…), en facilitant la gouvernance de ressources partagées, ou encore en suscitant la création de nouveaux lieux partagés de travail, fabrication, réparation, etc.

Articulation des échelles

Si le slogan "Penser global, agir local" a été dès le départ un fondement de la démarche écologique, le numérique peut lui donner une réalité nouvelle. Le
numérique n’est pas indispensable aux initiatives écologiques locales, mais il le devient vite pour qu’elles s’articulent entre elles ou avec d’autres systèmes, infrastructures, ressources et lieux partagés…

Implication des citoyens

La transition écologique ne pourra se faire sans l’inclusion et l’engagement de chacun d'entre nous. Le numérique peut permettre d’impliquer plus largement et plus profondément les citoyens dans la transition, qu'il s'agisse de changer ses propres pratiques, de s'engager dans des projets collectifs ou entrepreneuriaux, ou de construire des rapports de force.

Imaginaires collectifs

La révolution numérique ne vient pas seulement de la technique, ni de l’économie. Au moins depuis les années 1970, elle est portée par des imaginaires puissants et féconds, qui se relient aux aspirations de leur époque tout en se projetant dans l’avenir. L’impératif de la transition écologique se formule aujourd’hui avec les mots de la raison et de la nécessité. Il s’adresse plus difficilement à l’intime, à nos aspirations individuelles et collectives, à nos rêves.

Méthode

Issus de l’écologie et du numérique, les auteurs du texte ont souhaité s’adresser à “celles et ceux qui agissent, pensent, militent, inventent, créent” à l’intersection de ces deux sphères, et plus largement à “tous les acteurs animés d’une volonté de réinventer nos manières de vivre dans un monde plus durable et inclusif.” Les auteurs ont joint à cet appel un glossaire “pour mieux se comprendre” ainsi que des exemples de projets emblématiques, “pionniers de la convergence entre écologie et numérique”. Un “barcamp” organisé le 5 décembre 2015 avec le soutien actif de NUMA (Paris) a permis à tous ceux qui se reconnaissent dans l’appel, de partager leurs idées et projets, d’engager des actions communes et d’alimenter le catalogue des projets, connaissances et outils recensés sur la plateforme Transitions2 :

La plateforme contributive du programme Transitions² : http://www.transitions2.net

Documents

CP - Transitions² et le CNNum lancent un appel à engagement pour la convergence entre les transitions écologique et numérique

Télécharger

Livre blanc numérique et environnement - mars 2018

Télécharger

Accéder au haut de la page