Souveraineté numérique: la piste industrielle