Votre attention, s'il vous plaît ! Quels leviers face à l'économie de l'attention ? Le Conseil national du numérique publie son cinquième dossier

À quoi faisons-nous attention ? De sa qualité à sa manipulation, les enjeux de la protection de notre attention à l’heure du numérique sont majeurs. Le Conseil national du numérique appelle à passer un cap dans la protection de notre attention et publie ce jour un dossier intitulé « Votre attention, s’il vous plaît ! Quels leviers face à l’économie de l’attention ? ».

Au sommaire :

  • L’économie de l’attention numérique : histoire, enjeux, problèmes
  • Pourquoi cette économie de l’attention est-elle néfaste pour le vivant ?
  • Comment mettre le numérique au service d’une attention psychique, sociale et environnementale ?

 

Lire le dossier

Lire la synthèse

Lire le communiqué de presse

 

Pour remettre les technologies numériques au service d’une attention psychique, sociale et environnementale, le Conseil national du numérique met en débat 12 leviers essentiellement collectifs, qu’ils soient juridiques, politiques, sociaux, éducatifs et de design.

De nouveaux droits et obligations pourraient être débattus, tels que :

1. La consécration d’un droit d’être informé sur les dispositifs de captation attentionnelle ;
2. La mise sur pied d’une politique européenne permettant de lutter contre les risques qu'entraînent les modèles d’affaires relevant de l’économie de  l’attention ;
3. La reconnaissance d’un droit de paramétrer les contenus et les émetteurs ;
4. La sanction des designs abusifs et trompeurs ;
5. Le renforcement du droit à la déconnexion ;
6. La création d’un droit à l’interopérabilité entre plateformes.

À côté de quoi, des leviers politiques, sociaux, éducatifs peuvent aussi être mis en avant pour :

7. Sensibiliser les citoyens aux enjeux psychiques et sociaux de l’économie de l’attention ;
8. Renforcer l’éducation critique et pratique aux médias numériques dans le cadre de projets scolaires et extrascolaires ;
9. Missionner l’école pour concevoir et expérimenter des supports et des pratiques numériques cultivant l’attention profonde et l’attention conjointe ;
10. Développer des recherches transdisciplinaires sur « les technologies de l’esprit » et les intégrer à la formation des professionnels de l’éducation et du soin ;
11. Penser les politiques relatives à nos lieux de vie ;
12. Soutenir, concevoir et développer de nouvelles pratiques et de nouveaux dispositifs numériques qui renforcent l’attention conjointe et les liens sociaux sans réduire les individus à des comportements pulsionnels ou à des mécanismes cognitifs.

Anne Alombert, membre co-pilote de ce dossier, souligne :

« Par leur modèle économique autant que par leur omniprésence dans notre quotidien, les plateformes ont donné aux enjeux de l’attention une nouvelle dimension. Tout l’enjeu consiste alors à lutter contre les dangers de ces modèles technologiques et économiques, sans condamner le numérique ou les écrans de manière générale, ni soumettre les citoyens à des restrictions liberticides. Nous devons mettre ces sujets dans le débat politique et nous donner les moyens d’une action collective. »

Olga Kokshagina, et membre co-pilote, indique quant à elle :

« Les entreprises dans le numérique se battent pour capter nos attentions : les technologies sont conçues aujourd’hui spécifiquement pour changer les attitudes ou comportements des utilisateurs, par la persuasion ou l'influence sociale, afin d’extraire une valeur marchande en maximisant notre engagement en ligne. Nous devons donc mettre le design au service de l’attention et non de sa monétisation, en vue de renforcer nos capacités cognitives et d’intensifier nos solidarités collectives. »

 

Ce dossier a été réalisé par Anne Alombert et Olga Kokshagina, membres du Conseil national du numérique, avec le précieux concours de Myriam El Andaloussi, Joséphine Hurstel et Jean-Baptiste Manenti, rapporteurs, ainsi que les autres membres du secrétariat général du CNNum. Ils sont issus de débats organisés au sein du collège de membres, de la rencontre avec des acteurs et d’une revue de la littérature scientifique existante. Loin de prétendre offrir une vue conclusive sur ce sujet, ces travaux visent à encourager la production de travaux, de réflexions et surtout à échanger sur ce sujet.

Catégorie