Rapport d’activité 2016

By | 11 avril 2017

Le rapport d'activité 2016 du CNNum est disponible : Télécharger au format pdf

Rapport d'activité - Moments clé 2016

Sommaire

Les moments clés en 2016
L'édito des vice-présidents
Les grands chantiers de 2016

Croissance connectée
Université : de l'exploration à la transformation
Penser les crypto-wars
67 millions de données biométriques
Evaluer le comportement des plateformes en ligne
Autres contributions
Europe et international

A propos du Conseil

Réunions, rendez-vous et interventions

Agenda des auditions, rencontres et interventions

Retrouvez l'agenda des auditions d'experts, des réunions et interventions extérieures :

L'édito des vice-présidents

L’année 2016 a marqué un tournant pour le numérique en France, comme en témoignent les nombreux sujets qui ont ponctué l'actualité médiatique et politique du CNNum. Le sujet est désormais installé dans les cercles politiques : les débats ayant entourés l’adoption de la loi pour une République numérique et la tenue à Paris du sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert en décembre 2016 y ont très largement contribué. Cela conforte le CNNum dans ses choix doctrinaux historiques et tend à révéler que la transition numérique a atteint un moment charnière : un besoin de compréhension essentiel sur l'impact du numérique sur l'économie et la société, est aujourd’hui exprimé par les pouvoirs publics, les citoyens, les consommateurs, les entreprises et les acteurs de terrain.

La période électorale qui s’ouvre est l'occasion d'amplifier ce mouvement. Car au-delà des enjeux d’outillage technologique, le numérique est avant tout une transformation anthropologique profonde qui nous impose de repenser nos organisations humaines et la distribution des pouvoirs au sein de notre société. Toutes les institutions et figures d’autorité sont concernées, et l'État se doit en particulier d'être exemplaire. Le passage à l'échelle est complexe car les blocages sont de taille : culturels, organisationnels, économiques. Cela implique un travail de réflexion collective, de sensibilisation, de formation, de médiation à même de transformer l’ensemble des métiers. Cela nécessite également une politique et des budgets dédiés. Cela nécessite enfin de construire une organisation plateforme, à même de recueillir l’innovation, les usages venus de l’extérieur, et d’organiser un dialogue fructueux avec son environnement.

Pour avancer de manière efficace, le sujet nécessite désormais un portage politique et des choix clairs. Dématérialisation, ouverture des données publiques, start-ups d’État, mécanismes de consultation, participation, co-construction… Le numérique est le moteur et l’instrument de nombreuses dynamiques de changement et de modernisation à l’oeuvre au sein de la puissance publique. Reste toutefois un problème structurel, car la mise en oeuvre de la transformation numérique au sein de l’État apparaît aujourd'hui morcelée. Les vocations respectives des différents services sont peu lisibles pour les citoyens, qui ne peuvent se faire une idée sur l’effectivité des actions menées. Les raisons de ce manque de vision sont multiples : difficulté à traduire une vision inspirée par le numérique dans les régimes d'organisation et d'action administratifs, réelles incompatibilités entre les traditions d'organisation, de production et de pouvoirs et des troubles induits par les télescopages, la superposition des compétences et champs d’actions, raccourcis, introduction de nouveaux acteurs…

Les enjeux de la période qui s'ouvre dépassent évidemment les sujets numériques. Pour autant, ouvrir la boîte noire de la décision publique, engager la voie vers des communs numériques, ou encore utiliser le numérique pour des services publics plus inclusifs sont des premières réponses face à la crise de confiance et de légitimité de nos institutions. Le Conseil continuera de porter ces réflexions et appelle l’ensemble des responsables politiques à se positionner sur une organisation ambitieuse du numérique d’Ėtat, pour que la France devienne un modèle à suivre. L’erreur serait de croire que le sujet n’est pas assez clivant pour être un thème de campagne, quand le numérique est au coeur de nombreux sujets clefs pour l’avenir de notre pays. Au sein de toute organisation, la transformation numérique nécessite une orientation forte de la direction, un engagement et un positionnement clair en termes de priorités.

L’année 2017 s’annonce déjà très riche pour le CNNum. Le premier trimestre 2017 devrait ainsi voir la conclusion des travaux de la saisine PME, la publication d’un avis sur le chiffrement, l’approfondissement de la saisine sur la transformation numérique de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ou encore la publication de premiers éléments dans le cadre de la saisine sur un dispositif d’évaluation des plateformes numériques et le lancement de travaux sur l’Intelligence Artificielle. Par ailleurs, le CNNum entend jouer pleinement son rôle de porte parole d’un écosystème français et européen soucieux d’assurer la préservation des droits et des libertés de chacun, et continuera, tant que faire se peut, de remplir son rôle auprès des pouvoirs publics.

Guy Mamou-Mani, Sophie Pène, Amal Taleb, vice-présidents du CNNum

 

Contact presse :

Yann BONNET, Secrétaire général du CNNum (presse@cnnumerique.fr / 01 53 44 20 03)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *