Paroles de

6 questions à Rudy Reichstadt, fondateur de Conspiracy Watch : « le complotisme est une passerelle entre des discours extrémistes »

Pourquoi avez-vous créé CW et quels constats portez-vous aujourd’hui?

Le site est né en 2007 d’une inquiétude face à la multiplication des contenus complotistes. Le complotisme est loin d’être nouveau, mais ce qu’on pouvait voir au début des années 2000 c’était le réel succès rencontré par ces thèses avec la conjonction de deux phénomènes : le 11 septembre 2001 et la pénétration d’Internet dans les foyers. D’ailleurs, le premier blockbuster du web, c’est Loose Change, un film complotiste sur le 11 septembre qui date de 2005.

« Le complotisme est un processus social », entretien avec Julien Giry

Nous avons échangé avec Julien Giry, politologue à l’Université de Tours, membre du laboratoire PRIM et post-doctorant au sein du projet VIJIE soutenu par l’Agence nationale de la recherche. Spécialisé depuis une dizaine d’années sur le conspirationnisme, il nous a donné son éclairage sur des questions particulièrement prégnantes au vu de l’actualité : y a-t-il plus de complots aujourd’hui qu’hier ?

5 questions à Maryanne Wolf : « Nous devons comprendre ce que fait chaque technologie, et être capables de choisir. »

Maryanne Wolf est une neuroscientifique américaine, directrice du Centre pour la dyslexie, les apprentissages diversifiés et la justice sociale à UCLA. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages relatifs au « cerveau lecteur » et à l'impact des médias numériques sur l'attention et les capacités cognitives. Dans Proust et le Calamar (2007), elle constate que les médias papier et numériques stimulent différemment nos capacités cognitives, notamment parce que les médias numériques encouragent une lecture rapide, souvent superficielle, et non une lecture profonde.

3 questions à Bruno Sportisse, Président-Directeur général d’Inria

"Paroles de" est un espace ouvert qui héberge des contenus construits avec des personnes extérieures au Conseil. Il vise à partager des idées diverses, qui participent à interroger la relation des humains au numérique. Les éléments publiés ici n'engagent pas le collège de membres en tant que collectif.